Archive for the ‘climat’ Category

chroniques d’une catastrophe annoncée…

lundi, septembre 8th, 2008

les nations insulaires, devant le risque que représente la montée desocéans dûe au changement climatique lié aux activités humaines, al’intention de déposer une résolution auprès de l’ONU dans 1 semaine.

Pourla première fois dans l’histoire de l’humanité, le pôle Nord peut êtretraversé par un bateau– L’Arctique est en train de fondre plusrapidement que prévu, ce qui accélère l’élévation du niveau de la mer .Les petits états insulaires préparent des plans d’évacuation pourgarantir la survie de leurs populations .

Dans une semaine, cespetites îles déposeront une résolution appelant le Conseil de sécuritédes Nations unies à prendre des mesures pour lutter contre leschangements climatiques comme une menace pour la paix et la sécurité.

Maiscette campagne pour la survie subi une violente opposition, c’estpourquoi, ils ont besoin de notre aide. Signez la pétition maintenant -elle sera présentée par les ambassadeurs des petites îles à l’ONU lasemaine prochaine . Plus nous aurons de signatures, plus notre appeld’urgence aura d’impact dans la protection de notre avenir commun:

A l’attention de l’Assemblée générale des Nations Unies et du Conseil de sécurité:
Nous,citoyens du monde entier, partageons les inquiétudes des petits étatsinsulaires au sujet du changement climatique qui menace la paix et lasécurité internationale. Il faut agir maintenant et les négociationsconcernant le climat mondial doivent s’accélérer pour obtenir un accordsolide et traiter le problème à temps afin d’éviter la catastrophe,ainsi que la protection des populations obligées de se déplacer enraison du réchauffement de la planète. Pour notre avenir commun, ilfaut que l’Organisation des Nations Unies traite cette crise climatiqueinternationale avec autant d’urgence, qu’elle le fait lorsqu’il s’agitdes questions de guerre et de paix.

évidemment,pour faire mieux entendre leur voix et peser un peu plus lourd dans unebalance déjà bien déséquilibrée, ils ont besoin de nos signatures.
pour leur serrer la main, c’est ici!

 

à une époque, on appelait ça de « l’anticipation »

mardi, avril 15th, 2008

vous n’avez pas été sans remarquer d’un oeil distrait à la radio ou d’une oreille peu attentive au JT (ou l’inverse) qu’il y a des gens sur la planète qui se battent pour bouffer.

ouais.

non, c’est pas nouveau, je sais.

c’est tous les jours depuis la nuit des temps.

 

sauf qu’à notre époque, où les uns produisent plus qu’ils ne consomment, et jettent à la poubelle le surplus que les autres pourraient consommer, on s’y était habitué, et les pauvres n’emmerdaient pas les riches avec leurs petits problèmes de pauvres.

or, voilà t’y pas que ces pauvres là commencent à se rebeller.

oui, m’sieurs dames! ben c’est qu’ils ont faim, les pauvres…

 

reprenons les choses depuis le début:

– les riches veulent consommer toujours plus.

– il y a de plus en plus de riches.

– la consommation augmente donc proportionnellement.

– la base de toute production à l’heure actuelle est le pétrole.

– la consommation de pétrole augmente.

– le prix du pétrole augmente.

– le prix des denrées alimentaires, qui demandent du pétrole sous différentes formes pour être produites, augmente.

– les réserves de pétrole baissent.

– pour parer à ça, on transforme des champs à destination de production alimentaire en des champs à destination de production de pétrole (tu sais, le "bio-carburant").

– la production alimentaire baisse.

– le prix des aliments augmente encore.

– les pauvres crèvent la dalle.

– comme si ça suffisait pas, les pauvres vivent dans des pays pauvres ("ah, ils l’ont choisi !", comme dirait l’autre).

– les pays pauvres ont des conditions climatiques difficiles, ce qui fait qu’ils sont pauvres (justement…).

– la consommation de pétrole augmentant, la production de CO2 largué dans l’atmosphère également.

– la température moyenne du globe augmente avec le CO2.

– les sécheresses s’intensifient; les inondations sont plus nombreuses; etc…

– elles touchent en premier les pays aux conditions climatiques déjà difficiles.

– comme si ça suffisait pas, c’est là qu’habitent les pauvres.

– en plus, elles détruisent leurs récoltes.

– et également celles des riches (mais bon ils ont encore des réserves).

– au final les pauvres se rebellent (font chier…).

 

 la température moyenne du globe n’a augmenté que de 0.6°C sur les 50 dernières années.

les scénarios les plus optimistes (mais complètement irréalistes) s’attendent à une augmentation supplémentaire (oui, tout augmente ma pauv’ dame!) de 1°C (soit 1.6°C depuis 1960) d’ici à la fin du siècle. les plus pessimistes (et qui peuvent parfois paraître encore optimistes), tablent quand à eux sur une augmentation de 5.4°C (soit 6°C depuis 1960) d’ici à la fin du siècle.

les années les plus chaudes sont les toutes dernières.

et on n’a encore rien vu.

 

alors attendons.

restons passifs.

regardons les pauvres se rebeller, car c’est loin de chez nous.

continuons de consommer toujours plus.

aujourd’hui, c’est chez eux. 

 

demain ce sera chez nous, et nous serons pauvres. et le malheur s’abat toujours sur les pauvres (proverbe chinois).

california burning

mercredi, octobre 24th, 2007

après la grèce, la californie. il n'y a pas de secrets: des températures supérieures à 30°C et des rafales de vent dépassant les 100-110km/h. et l'activité humaine suffit à déclencher l'apocalypse.

 

le bilan humain actuel s'élève à 5 morts, une quarantaine de blessés, plus de 500.000 personnes (!) évacuées.

quant au bilan écologique, ce sont ce matin 166.000 hectares (1660 km², soit l'équivalent ou presque d'un département comme l'essone) qui sont partis en fumée.

sans parler des millions de tonnes de CO2 qui partent dans l'atmosphère.

ce matin le feu s'étendait au mexique.

l'état d'urgence est décrété en californie, et Arnold Schwarzenneger… appelle à l'aide. 

l’enfer bis (le khaos et le tartare)

lundi, août 27th, 2007

il existe un mot grec pour définir ce qu'il se passe actuellement dans le péloponèse: khaos

 dans mon post d'hier, je parlais des possibles causes de départs de feu. si la plupart des premiers incendies au départ de cette catastrophe nationale sont probablement, et que les sautes de feu ne facilitent pas les choses, il est vrai qu'il existe aussi des malades. des "pyromanes" pour ceux atteints de psychose, des "incendiaires" pour ceux qui ne souffrent que de l'appât d'un bénéfice (pression fonciaire, organisation payée par je ne sais qui pour je ne sais quoi,…).

filmés en direct par un vidéaste amateur, peu avant un nouveau départ de feu à proximité des deux hommes:


 

 alors que le bilan provisoire de ce matin s'élève à 63 morts, des gens trouvent encore la "force" de provoquer de nouveaux incendies.

si l'on doutait encore de la bêtise humaine…

 

pour ma part, j'expédierais la justice dans ces cas-là: dans les flammes de l'enfer. direct!

 

l'enfer, toujours, oui, que les grecs nommaient le "tartare" dans la mythologie. et vu de haut (de très haut), voyez ce que ça donnait hier:

 

 

 

l’enfer

dimanche, août 26th, 2007

détrompez-vous, vous qui avez vécu un été pourri. l'enfer existe bien cet été, à nos portes, en Grèce et en Italie.

un été particulièrement chaud et sec, avec des pointes records en juillet, et un mois d'août qui n'est pas en reste.

malheureusement, le climat méditerranéen, dans ses extrêmes, favorise un fléau qui demande du combustible, de la chaleur, et du vent. l'Homme faisant le reste. 

 

les incendies qui touchent actuellement l'Italie, mais surtout la Grèce, sont d'une ampleur exceptionnelle, au point que les grecs ont déclaré l'état d'urgence. la france, mais aussi d'autres pays européens, leurs ont dépêché du matériel et des hommes pour lutter.

mais lutter comment?

que peuvent les hommes contre l'enfer?

déjà 51 morts en Grèce (près d'Athène et dans le péloponèse). des familles entières ont été décimées, femmes, enfants. des groupes de touristes également ont été pris au piège des flammes.

8 victimes en Italie (la Sicile et la Calabre étant touchés).

 

des foyers d'incendies tellement nombreux que l'on ne peut s'empêcher de penser à la piste criminelle. des personnes ont été arrêtées au cours des enquêtes.  des foyers qui démarrent également la nuit.

pour avoir travaillé (et y travailler encore prochainement) dans le domaine de la lutte contre les incendies, je sais que le fait de mettre des incendiaires potentiels sous les verrous n'empêchera pas les départs de feu de reprendre.

pourquoi? parce que la plupart des incendies là-bas, comme ici, et comme souvent en méditerranée, ne sont pas des mises à feu volontaires, mais bel et bien des accidents ou des cas d'inconscience. statistiquement, la majorité des feux sont dûs à des accidents lors de travaux forestiers ou agricoles. les cas d'inconscience sont encore plus nombreux, du particulier qui écobue dans son jardin alors que la végétation est archisèche, à celui qui fait son barbecue un jour de vent, en passant par les gosses qui jouent avec des allumettes ou des briquets pour voir passer les avions et les hélicoptères et les soldats du feu, en passant par les câbles électriques qui se touchent les jours de vent, en passant aussi et surtout par ceux, innombrables, qui jettent leurs mégôts de cigarette encore allumé dans la nature, par la fenêtre de leur véhicule.

non seulement il y a énormément de gens assez cons pour faire cela (jeter son mégôt allumé au bord de la route), mais contrairement à ce que certains voudraient faire croire, un megôt peu allumer un incendie aussi sûrement que l'aurait fait un pyromane averti.

 

et c'est sans parler des sautes de feu, provoquées par le vent violent à partir d'un incendie déjà en cours.

je lis ici ou là dans les récentes dépêches, que la plupart des incendies en grèce prennent la nuit. on réfléchit une seconde pour se rendre compte qu'en faisant cela, l'incendiaire potentiel se mettrait lui-même en danger. et en réfléchissant un peu plus, on se rend compte qu'il n'y a besoin de personne pour allumer ces feux: les incendies qui sont en cours sont tellement violents, et le feu également, qu'à la faveur de la nuit et d'un rafraîchissement de l'air en altitude, les scories et autres brandons enflammés s'élèvent beaucoup plus haut qu'en journée, portés par la chaleur du foyer et le vent. ils peuvent parcourir ainsi des kilomètres.

pour exemple, en 2003, au portugal, une saute de feu avait ainsi parcouru… 14km.

j'ai eu un témoignage, en corse, et toujours en 2003 (lors des incendies ravageurs de fin août et début septembre, et tous dûs… à la foudre), d'une vieille machine à laver, stockée au fond d'un jardin en attente d'aller en déchèterie,  qui a fait un bond de 50 mètres à cause d'une accumulation de gaz en aval du feu. la machine s'est retrouvée chez les voisins.

lors des incendies les plus violents qui existent, généralement dans les forêts nord-américaines, ou en australie, ce sont parfois des arbres entiers qui sont soulevés par la puissance de la colonne de convection, pour être propulsés plus loin.

et il suffit de savoir qu'un front de flammes de 500m émet autant d'énergie qu'une centrale nucléaire classique pour se dire que ça n'est pas impossible.

 

bref, je tergiverse, mais en ce moment même des villages entiers vivent en enfer. pour deux raisons:

1. à cause de l'Homme (à l'origine volontaire ou involontaire des incendies, si l'on exclu la foudre),

2. à cause du climat, climat que l'Homme est également en train de changer.

on ne peut donc que se dire, malheureusement, que des épisodes comme ceux-ci ne pourront que se reproduire, toujours plus nombreux et destructeurs, à l'avenir.

wild horses with n’holland

lundi, juin 25th, 2007

ah la hollande! ses moulins, ses polders, ses tulipes, ses cheveaux…

tiens d'ailleurs, à ce propos, on m'a montré cette vidéo:

http://www.dailymotion.com/video/xwyne_sauvetage-chevaux-hollande-nov-2006 

ah, c'est beau de voir de telles choses, non? je suis même sûr qu'au moins l'un d'entre vous a eu du mal à ne pas verser une petite larme (et la musique de Vangelis aide beaucoup).

 

si vous êtes fins mûrs pour cette belle petite histoire, alors attention, je vais casser l'ambiance: d'ici la fin du siècle, voir même avant, une bonne partie du territoire des Pays-Bas, et particulièrement la Hollande, aura disparu sous les eaux à cause de la hausse du niveau des océans, lié au réchauffement climatique. ce qui veut dire que d'ici la fin du siècle (voir même avant, je l'ai déjà dit), il n'y aura pas que des cheveaux sauvages à sauver. il y aura aussi des vaches, des moutons, des chiens, des chats, des souris, et plein d'autres animaux. ah, et des humains, aussi. plein d'humains.

je sais, ça fait très alarmiste, tout ça. mais imaginez que ces cheveaux sont les habitants de la Hollande, et que cet îlot au milieu des eaux est leur pays. qui se dévouera, qui fera le cavalier blanc pour aller les chercher et les sauver? oh, il y aura bien une âme, un pays, charitable!

mais que ferons nous lorsque nous nous rendrons compte qu'il n'y a pas que les hollandais à sauver? de très nombreuses parties du globe, de larges surfaces très peuplées, dans des pays aussi bien "développés" que "en voie de développement" disparaîtrons sous la flotte.

comptez.

1,2,3,… etc… etc… 1 million… 2 millions… plus? allez plus: 10 millions… 20 millions… plus? sûrement: 100 millions… plus? peut-être…

des centaines de millions de réfugiés, il me semble que ça va prendre de la place.

enfin, je crois…

et devant l'ampleur de la tâche, je crains que les cavaliers blancs ne se transforment alors en cavaliers noirs, avec côte de mailles, armure, heaume, lance, et étendard. 

Adaminaby, oh Adaminaby!

mardi, juin 12th, 2007

on connaissait la mer d'Aral et ses bateaux échoués à des centaines de km du rivage.

il y a maintenant le lac Eucumbene, en Australie, à quelques 150km de Canberra. ce lac artificiel construit sur le site de la bourgade d'Adaminaby, dans la région des Snowy Mountains (Galles du Sud), baisse à vue d'oeil depuis 3 ans. la sécheresse qui sévit depuis une dizaine d'années maintenant (manque de neiges et de pluies) a fait réapparaître les fondations du village d'Adaminaby enfoui sous les eaux.

 le niveau a baissé de près de 40m, et les rives se sont éloignées de plusieurs centaines de mètres. et à force de rallonger la rampe pour les bateaux, les habitants ont laissé tomber.

 

http://www.cyberpresse.ca/article/20070609/CPMONDE/706090696/1014/CPMONDE 

 

et dire que certains ne s'inquièteront pas avant 2050… (suivez mon regard).

 

allez, c'est pas tout ça, mais faut que je retourne songer à mon avenir. 

taper sur le fer tant qu’il est chaud…

mardi, juin 5th, 2007

comme j'ai pu le glisser dans ma présentation, je suis meteo amateur.

je sais, dit comme ça, ça peut paraître étrange, voire drôle (la meteo n'a pas une réputation de science exacte, il est vrai).

 

je le suis pour deux bonnes raisons:

– je suis originaire d'un coin de france métropolitaine, en particulier une île (vous aurez sûrement deviné laquelle) où les phénomènes météorologiques peuvent être particulièrement violents. contrairement aux apparences, la corse n'est pas que gâtée par le soleil et de bonnes températures. ce n'est pas que le farniente. la canicule en été, certes, mais les orages violents et les inondations en automne, les tempêtes de neige à moyenne altitude en hiver, des printemps jouant au yoyo avec les températures, et amenant de violentes tempêtes venteuses… j'en veux pour preuve le dernier coup de tabac sur l'île (il est pourtant interdit de fumer dans les lieux publics… ah,ah! hum…), il y a une semaine: des rafales de vent à plus de 130, voire 150km/h sur l'ouest et les extrémités de l'île, de la neige dès 1200m d'altitude, et une mer en furie. 4 personnes sont mortes. 1 jeune suisse de 19 ans emporté par une lame alors qu'il se promenait sur un sentier littoral, et 3 randonneurs originaires du continent, morts de froid alors qu'ils s'aventuraient sur le GR20 (réputé l'un des plus durs GR d'Europe) en dépit des conditions météo désastreuses.

la corse terre de contrastes, alors que la semaine précédente des records de chaleur étaient battus dans l'intérieur de l'île, avec des pointes à plus de 34°C.

si je devais énumérer tous les phénomènes extrêmes que j'ai connu ou pu entendre parler là-bas, il m'en faudrait des pages.

– je suis préoccupé par le changement climatique annoncé.

certains diront que vu ce que je viens de dire un peu plus haut, il n'y a pas lieu de s'inquiéter sur un quelconque réchauffement ("de la neige au printemps en corse? ça se refroidirait pas plutôt, non?"). d'autant que l'année dernière, la même chose arrivait début juin. et ce mois de mai pour le moins pluvieux juste après ce mois d'avril très sec aide à modeler le point de vue. pourtant…

en france métropolitaine, cela va faire 9 mois que nous battons des records de chaleur sans discontinuer :

    – l'automne 2006 (d'un point de vue météorologique, les saisons sont avancées d'un mois, donc le printemps va de septembre à novembre) est le plus chaud des annales avec +2.9°C d'anomalie (le précédent record était d'environ… +1.3°C. explosé, donc!).

    – l'hiver 2006/2007 (décembre à février) passait de peu en tête de liste, également, avec +2.1°C d'anomalie.

    – ce printemps 2007 (mars/avril/mai) aidé par un mois d'avril  exceptionnel (+4.3°C d'anomalie, explosant les précédents records de plus d'1.5°C) sera sans aucun doute (on n'a pas encore la valeur exacte, mais ça ne saurait tarder), le plus chaud des annales, avec une anomalie positive tournant quelque part autour de +2.0°C.

en dépit de tous les signaux d'alarme qui nous entourent, nous n'avons toujours pas pris conscience du drame qui se joue. un de nos ex-ministre (de l'éducation, en plus, c'est dire comme il n'était pas à sa place), est même allé jusqu'à nier le réchauffement climatique causé par l'Homme, en prétextant la variabilité des phénomènes… c'est le syndrôme de la grenouille (vous savez, la grenouille dans la casserole: si vous la plongez dans de l'eau bouillante, elle sort tout de suite; si vous la plongez dans de l'eau tiède et que vous chauffez doucement, elle va y rester et se faire ébouillanter sans chercher à fuir). ça tombe bien: il paraît qu'en france on aime les cuisses de grenouilles…

 

pour ces bonnes raisons (et pour d'autres aussi), je suis devenu membre de l'association "Infoclimat" (la météo en temps réel), dont le site est chargé d'infos et de données, de prévisions, d'archives et d'analyses stats, de photos, et dont le forum est animé par des gens passionnés.

pour ces bonnes raisons, j'essaie de faire changer les consciences autour de moi, dans la mesure du possible.

pour ces bonnes raisons, j'essaie de changer mes habitudes afin de diminuer les émissions de gaz à effet de serre.

et même si je pense qu'il est trop tard pour éviter une catastrophe à l'échelle mondiale, il n'est jamais trop tard pour bien faire.