Archive for mai, 2009

SF movies: quoi de bon à venir?

jeudi, mai 28th, 2009

si je pouvais aller dans le futur pour regarder les films que l’on attend parfois pendant plusieurs années, je passerais mon temps à ça…

 donc je jetais un oeil (rendez-le moi!) et depuis quelques temps, j’ai l’impression que la SF se porte de mieux en mieux à l’écran. surtout la SF "post-apo". depuis des films précurseurs en matière d’effets spéciaux et surtout d’ambiance, genre "28 jours plus tard", "matrix", et "les fils de l’homme" (rhââ, lovely!), les projets ne manquent pas.

je parlais, il y a quelques temps, de "the road", roman de Comac McCarthy, en disant combien je l’avais dévoré. et qu’un film était en production. voici donc pour vous le teaser de ce qui promet d’être un futur monument (sortie en octobre 2009):

 "the road _ trailer"

 

très attendu aussi, la nouvelle trilogie "terminator" avec Christian "fucking" Bale "fuck fuck fucker mother!" dans la peau d’un John Connor à qui on aurait menti à l’insu de son plein gré. bonne raison de recommencer à se taper dessus avec Skynet et autres joyeusetés terminatoresques, et de pas se casser la tête avec le titre. pourtant, ça a l’air bon, même très bon! pourvu que le film soit à la hauteur de la bande-annonce.

 

 

 

dans la famille, il y a aussi l’animation. "walle-e" a bien ouvert la voie. j’ai trouvé sur allocine la bande-annonce d’un film produit par Tim Burton et les frères russkofs Bekmanbetov ("Nightwatch" et "Daywatch)", qui s’avère, en plus d’avoir l’air original, sacrément bien fait, et pas destiné à un public morveux. même si les héros sont des… poupées! le titre: "numéro 9".

à voir ICI !

 

dans le genre "post-apo" avec des gros morceaux de fantasy dedans, il va falloir aller chercher du côté de "la Tour Sombre", qui sera adaptée du roman (en 7 volumes) éponyme du génialissime Stephen King! et produit (voire réalisé) par le non moins génialissime J.J.Abrams et son acolyte Damon Lindelof.

 

un certain nombre de films de SF sont également prévus, pour l’instant à l’état de pré-production (adaptations de classiques, principalement). mais le plus attendu de tous, et certainement le plus original avant longtemps, dont on parle, et parlera encore comme peu de films le font, dont les éloges (de réalisateurs privilégiés amis du réalisateur du film), alors que pas une seule image ou teaser n’a filtré, et qui doit révolutionner rien moins que notre manière de "voir" le cinéma, doit sortir a peu près fin décembre 2009 (date officielle, mais qui pourrait être repoussée).

son réalisateur, c’est James Cameron.

son titre, c’est "Avatar".

et je demande à voir.

les auteurs de SF sont des #@' »|8)~ !!!

samedi, mai 23rd, 2009

marrant comme des fois les situations d’un jour se rejoignent.

il y a quelques jours, sur un forum, on discutait du fait que Barjavel était un odieux réac’ (et qui plus est machiste).

quelque semaines plus tôt, en me parlant d’une émission qu’il avait entendu à la radio, un ami me demandait s’il était vrai que les auteurs de SF (Science-Fiction, pour les profanes) étaient en grande majorité des conservateurs (définition gentillette du mot: " réac’ "). et donc, si c’étaient des gens plus ou moins contre toute forme de progrès allant à l’encontre de certaines valeurs morales modernes (je rajoute "modernes", car les valeurs morales changent d’une époque à une autre).

la question sous-entendue était de savoir si j’étais moi-même réac’ ou quelque chose dans le genre. sans penser à mal, non, mais simplement parce que j’écris moi-même de la SF et que je suis fan du genre. bien sûr, je lis aussi du fantastique, de la fantasy, mais aussi des thrillers, des policiers, des romans d’aventure, de l’horreur, et parfois même, lorsque la crise me prend, des classiques de la littérature classique… bref. mais effectivement, pourquoi suis-je attaché à ce genre?

si je devais le définir avec mes propres mots (je mets donc de côté quelques secondes mon serveau (savant mélange de "serveur" [internet] et de "cerveau")) :

"La SF est un genre de l’imaginaire qui se projette dans le futur par des mises en situations plausibles expliquées par les dernières avancées, découvertes ou projections scientifiques. L’intérêt pour l’auteur est, par une mise en abîme de la société humaine actuelle, ses erreurs passées, et ses aspirations futures, de décrire ce qui pourrait se produire dans un futur plus ou moins proche, tout en faisant prendre conscience au lecteur quelles évolutions bonnes ou mauvaises pourraient prendre corps lors de la mise en place, ou lors de la continuité, de telle ou telle société."

par exemple, on ne compte plus le nombre de romans post-apocalyptiques, encore aujourd’hui, qui racontent par le menu la destruction (ou la possible destruction) de la Terre et de ses habitants par une guerre nucléaire, un virus foudroyant, ou un nuage de gaz toxiques provenant de pets de lapins génétiquement modifiés.

par exemple, dans les spaces-operas récents, il est souvent question de préservation des écosystèmes des exoplanètes. on va même jusqu’à interdire le contact avec les espèces extraterrestres "intelligentes" pour ne pas les "contaminer" avec la technologie humaine.

on a bien vu, chez Dick, les méfaits de l’ingestion de champignons hallucinogènes.

Asimov a prévu avant tout le monde que les intelligences artificielles ne devaient pas être douées de conscience à moins que leurs créateurs veuillent les voir se rebeller.

Huxley et Levin, pour ne citer qu’eux, ont averti des dérives du contrôle des foules, que ce soit par la génétique ou par des substances illicites, abondamment contrôlés par des gouvernements totalitaristes.

qui n’a pas cité au moins une fois, ces dernières années, et souvent sans même avoir lu le bouquin, "1984" ?

la liste pourrait être très longue comme ça. et si je prenais au hasard n’importe quel auteur de SF, d’il y a 1 siècle ou d’aujourd’hui, on trouverait dans son histoire (dans son discours!) quelque chose de fondamentalement réac’. on y trouverait ce message qui dis, en substance: "attention, ou quelque chose, si ce n’est pas tout, risque de nous péter à la gueule!"

ils sont soit écolos purs et durs, soit anti-génétique, soit anti-expansion, soit anti-recherche, soit anti-quelque chose, soit un bon mélange de tout anti-tout. bref. quelque chose qui déplaira fortement à une bonne frange de la population qui voit dans l’Homme et sa Technologie l’avancée irrémédiable et nécessaire vers un épanouissement sociétal et le règlement de tous les problèmes que nous avons pu causer et causeront encore.

donc, ils les verront comme des réac’. des bons croisements entre besancenot et lepen.

pourtant, ils oublient, du moins à mon sens, un aspect fondamental du genre: un mélange subtil entre pessimisme et optimisme. dénoncer des dérives possibles ne veut pas dire que l’on ne veut pas le progrès. sinon, quel intérêt à s’attacher à inventer et décrire dans ses moindres détails un avenir, quel qu’il soit. pourquoi s’emmerder à faire de l’Homme un manipulateur génétique hors-pair si c’est juste pour dire que la vie c’est sacré? pourquoi le faire voyager à travers la galaxie pour lui mettre une manif écolo en travers de son vaisseau? pourquoi lui mettre des bâtons dans les roues tout simplement?

enfin quoi, merde! l’Histoire n’est-elle pas faite que de bonheur et de plénitude? d’épanouissement et de paix? de petits moutons blancs et de fleurs odorantes?

Allons, allons, messieurs dames, dans l’Histoire de l’humanité, l’esclavage n’a jamais eu lieu, les massacres ethniques non plus, les catastrophes écologiques encore moins, les mauvaises gens n’existent pas et n’ont pas de velléités d’enrichissement personnel au détriment de la population, la démocratie existe réellement. De même, personne n’aura l’intention, plus tard, d’exploiter les richesses du système solaire et de la galaxie, que personne n’a prétendu vouloir utiliser de cellules souches humaines pour autre chose que sauver des enfants atteints de maladies orphelines, que nul gouvernement n’a de vues sur un territoire qui ne lui appartient pas en prétextant des siècles de brimades ethniques ou religieuses, etc, etc…

non, rien de tout ça.

d’ailleurs, celui qui penserait le contraire serait bien pessimiste. comme pessimiste, il dirait qu’il a peur de telle ou telle dérive. et pauvre de lui, la démocratie moderne l’accuserait d’être un réac’.

 

pour en revenir à l’objet de la question initiale, je ne pense pas être un réac’. enfin ça dépend des jours. par exemple, il y a des jours ou je suis profondément optimiste. je me dis que peut-être, dans un futur pas si lointain, les Hommes sauront vivre heureux et s’aimeront les uns les autres, qu’ils seront tous égaux en droits, et qu’ils auront sauvé la planète. et chaque soir, avant d’aller se coucher, ils regarderont sans se lasser les épisodes des "bisounours" en buvant un verre d’eau fraîche exempte de produits chimiques, puis s’en iront se coucher sans faire l’amour.

non, n’ayez pas peur.

le futur sera bisounours ou il ne sera pas, parce que l’Homme a du potentiel…