tout le monde s’en tape…

c’est l’impression que j’ai, parfois, en parcourant les informations. sûrement que ma boulimie en la matière fait que je passe difficilement à côté de certaines choses, mais quand même. j’ai souvent l’impression que les médias s’en tapent, et de fait, que tout le monde s’en tape.

 

 Bienvenue à GATACCA:

il y quinze jours, le nouveau président préféré des français et du monde entier (pas sarko, non, mais obama) annonçait la fin des restrictions sur la recherche au niveau des cellules souches embryonnaires humaines.

parallèlement, un société américaine spécialisée dans la génétique offrait à ses clients la possibilité de choisir comment serait leur futur bébé: couleur des yeux, des cheveux, de la peau, taille, etc, etc…

ou quand l’Homme joue à Dieu.

 

 El Che, deuxième partie: GUERILLA:

la crise, on en parle, on en reparle, on nous casse les couilles avec à longueur de journée, en nous ressassant que notre gouvernement en est responsable, et qu’il peut (doit!) changer tout ça. on nous fait croire que c’est pire ici et mieux ailleurs. et pendant ce temps, on en oublie la logique: il paraît (je souligne bien ce mot) que la population est de plus en plus ouverte à l’environnement, à l’écologie, et à tout le tintouin et ces grands mots qui font bien maintenant pour être élu (ce qui n’était pas le cas avant)

alors faudrait peut-être commencer par se faire à l’idée que ce n’est pas en voulant favoriser la consommation de masse (a fortiori dans le domaine automobile, puisqu’on parle souvent de lui en ce moment) que l’on va favoriser l’environnement, bien au contraire…

il faudrait se faire aussi à l’idée que c’est nous, et pas les entreprises, qui choisissons quel produit consommer. que les fruits rouges en hiver (fraises, cerises, tomates, etc…) c’est pas logique. que s’il faut importer des fruits de l’autre bout de la planète, on va forcément faire grimper les prix, en plus de polluer. la baisse des prix, et donc l’augmentation du pouvoir d’achat, ça passe par une consommation intelligente. en consommant différemment, il y aura des changements (et donc des licenciements) mais qu’il y aura création d’emplois ailleurs (il ne tient qu’à nous de favoriser tel pôle plutôt qu’un autre, et d’anticiper plutôt que de se laisser subir).

et puis il faudrait aussi se rappeler que brûler des pneus, non seulement n’aide pas à les vendre par la suite, mais favorise grandement le réchauffement climatique (vive le CO²).

je suis horrible? réfléchissez bien…

 

 TERREUR:

Je lance aujourd’hui un appel à tous les ours blancs de l’arctique: n’hésitez pas à vous faire des steacks de notre nouvel "ambassadeur des pôles".

certes, Rocard ne doit plus avoir une viande très tendre, mais il ne faut pas faire les difficiles quand on crève la dalle sur un bout de banquise à la dérive.

 

 

 

bref, je pourrais en rajouter des tonnes (j’aurais pu parler de la justice française, mais mieux vaut que je me taise) et faire de cet article un roman de gare, mais je vais m’arrêter ici (pour l’instant) parce que c’est dimanche.

Leave a Reply