t’as bou?

je voulais parler de deux choses aujourd'hui.  je n'aborde pas souvent le sujet de mes projets d'écriture, alors une fois de temps en temps ça fait pas de mal.

la première chose, c'est qu'en ce moment je n'écris pas beaucoup. une grosse baisse de régime depuis quelques mois. seulement 2 nouvelles écrites coup sur coup (pour des AT de Griffe d'Encre). 1 nouvelle en standby depuis 6 mois ou presque. 2 romans qui rament (1 plus que l'autre, mais quand même ça avance vraiment pas vite). la scénarisation BD de mon premier roman achevé au point mort. et des idées qui passent sans vraiment s'arrêter… 

ça me fait un chouia peur.

mais au moins je sais pourquoi: je m'abrutis devant des séries tv (très bien de surcroît, croyez pas que je m'affale devant "sous le soleil", nan mais!), et internet (ce que je suis en train de faire, d'ailleurs…), au détriment de la lecture (même pas un bouquin par mois, et encore je suis gentil). la faute à une certaine fatigue, contre-coup de mes retrouvailles avec le boulot, et qui s'accumule de semaine en semaine. aucune plainte là-dedans, car il y a un manque de volonté de ma part (couche-tard, lève tôt, rentre tard, pas envie de trop réfléchir ensuite, et deux écrans qui pètent les yeux… bref une hygiène de vie au top niveau). depuis quelques jours, j'essaie de me reprendre, et je me force à reécrire. ça va revenir. et puis ça fera partie de mes bonnes résolutions 2008!

 

second point: ma remise à l'écriture ma fait prendre conscience d'une chose sur l'un des deux romans (celui que je crois le plus ambitieux) que j'ai repris: je jeté les tabous à la poubelle. certains personnages de plus ou moins 15 ans qui parlent cul et baise, et qui pratiquent,  certes ça fait plus "naturel" (encore que le contexte de l'histoire l'est moins). et ça ne concerne pas que ce sujet. la question, c'est que j'avais jamais fait ça avant. je sais pas pourquoi ça n'était pas au programme (peut-être un peu de pudeur vis à vis des membres de ma famille qui pourraient me lire), et j'ai  compris que ça pourrait le devenir subitement. ça permet d'aller plus loin dans la psychologie des personnage que des mentalités édulcorées ou trop stéréotypées. je me mets dans la tête d'untel: comment pense-t-il? que dit-il de ce qu'il pense? comment le dit-il? pourquoi le dit-il? pas que je n'avais pas essayé de fouiller mes précédents personnages (j'en étais même globalement satisfait). mais avec le recul je me dis: "putain c'était pas ça du tout!"

 alors qu'est-ce qu'il se passe?

aucune idée. ça doit venir de moi, sûrement. et peut-être aussi certaines lectures venues d'outre-manche ou d'outre-atlantique dont je parlerais dans de futurs posts.

 

bref.

work in progress. 

Leave a Reply