le plus humain des psychopathes

j'ai découvert récemment une série du nom de "dexter". la première saison avait été diffusée sur C+. la deuxième vient de commencer aux US.

je la dévore. c'est bien saignant. manque que des frites, mais la BO aux accents latinos accompagne excellemment.

cette série, c'est exactement ce que l'on ne sait pas faire en france: osé mais vrai (je me comprends).

 

celle-ci met en scène un serial-killer, prénommé Dexter (d'où le titre… haha), qui sévit en Floride. sauf que là où on pourrait s'attendre à une simple série policière sans originalité, elle explose le genre: le serial-killer est le héros, et il travaille pour la police en tant qu'analyste des coulées de sang. et ce tueur en question tue, bien entendu, mais pas n'importe qui. il tue… des tueurs. des gens qui n'ont jamais été punis pour leurs crimes.

vous me direz: une justice punitive peut se tromper. mais tel n'est pas le cas. Dexter suit le "code Harry" (regardez et vous comprendrez). il ne tue que s'il a toutes les preuves nécessaires culpabilisant sa victime. il collectionne ensuite une goutte de leur sang, et jette les corps à la mer.

dans la première saison, entre deux exécutions, Dexter court après un autre serial-killer: the ice-truck killer. un mec qui vide ses victimes de leur sang, les découpe en morceau, et les conserve dans une chambre froide avant de les déposer en paquets cadeaux dans des lieux publics. 

je n'en dirais pas plus pour ne pas gâcher les surprises.

mais en regardant cette série, je me suis posé une question. certainement que c'était la volonté du créateur de "dexter" d'ailleurs. car pour qu'une série marche, il faut que le spectateur puisse s'identifier au héros. comment faire lorsque le "héros" est un serial-killer?

et bien, Dexter m'a paru (et me paraît toujours) plus humain que n'importe qui. sincère, prévoyant, avec ses petits problèmes conjugaux (oui, il a une copine), etc…

et lorsqu'il se retrouve en danger, ou sur le point d'être découvert, mon coeur bat. il ne doit pas se faire arrêter. on doit le laisser. il doit poursuivre son oeuvre. il doit continuer à punir les VRAIS psychopathes. et je ne rêve que d'une chose: que les gens le comprennent et l'acclament pour ce qu'il fait.

et du coup je m'inquiète.

 

suis-je moi-même sociopathe? 

 

 

 

Leave a Reply