Archive for juin, 2007

vélo à assistance électrique

mardi, juin 5th, 2007

votre lieu de travail n'est pas très loin de votre domicile, mais vous passez 3/4 d'heure (ou plus) dans les embouteillages? vous aimez le vélo, mais vous ne voulez pas arriver en sueur au boulot?  accessoirement, vous voulez lutter contre le réchauffement climatique?

 ce sujet est pour vous!

 

ma copine était dans le même cas. du coup, elle était tentée par l'achat d'un vélo. problème: même si le trajet est relativement plat, pédaler ne se fait pas sans effort, et arriver en sueur sur son lieu de travail alors qu'une réunion vous attend, c'est pas ce qui se fait de mieux…

on avait entendu parler d'un vélo étrange mais très intéressant, et que j'avais moi-même eu l'occasion d'essayer une fois, grâce à un collègue qui travaillait dans un "espace info-énergies": le vélo à assistance électrique!

point de méprise: ce n'est pas un solex pétaradant! le vélo à assistance électrique est un vélo (comme son nom l'indique) à assistance électrique (comme son nom l'indique aussi, d'ailleurs).  le principe est simple: une batterie est reliée à votre pédalier et transmet l'énergie de votre effort au plateau du pédalier ainsi qu'à la roue avant. il amplifie donc votre mouvement, et vous permet d'aller plus vite. si vous arrêtez de pédaler, évidemment, le vélo n'avance pas tout seul (sauf si vous êtes en descente…). la batterie au lithium se recharge de la même manière que l'on recharge son portable (elles ne se rechargent pas encore toutes seules, mais bon la consommation en électricité est faible, ce qui en comparaison des émissions des gaz d'échappement d'une voiture est conséquent).

aussi beau qu'un beau vélo de ville et du même encombrement (quoi qu'un peu plus lourd, forcément), mais plus facile à vivre (surtout en côte! c'est fou!), il a donc des arguments non négligeables.

c'est ce qui a décidé ma compagne.

le magasin lui proposait un de ces vélos pour 999€. sachant que le prix d'un vélo tourne de 200-300€ (pour les trucs basiques les moins chers) à plus de 3 ou 4000€ (voire même plus, pour les vtt toutes options et vélos de courses de champions), le prix était plus que raisonnable. et un petit calcul vite fait sur la rentabilité en comparaison du coût de l'essence ne lui faisait pas regretter son achat.

et pour ne rien gâcher, je vous dirais que vous aurez du succès sur votre lieu de travail! lol 

 

comme quoi, on peut lier les changements d'habitude (nos habitudes si polluantes) à la ludicité (et à la lucidité, aussi).

et puis le jour où le prochaine crise pétrolière arrivera n'est pas si loin… alors ainsi vous serez parés.

Wink

taper sur le fer tant qu’il est chaud…

mardi, juin 5th, 2007

comme j'ai pu le glisser dans ma présentation, je suis meteo amateur.

je sais, dit comme ça, ça peut paraître étrange, voire drôle (la meteo n'a pas une réputation de science exacte, il est vrai).

 

je le suis pour deux bonnes raisons:

– je suis originaire d'un coin de france métropolitaine, en particulier une île (vous aurez sûrement deviné laquelle) où les phénomènes météorologiques peuvent être particulièrement violents. contrairement aux apparences, la corse n'est pas que gâtée par le soleil et de bonnes températures. ce n'est pas que le farniente. la canicule en été, certes, mais les orages violents et les inondations en automne, les tempêtes de neige à moyenne altitude en hiver, des printemps jouant au yoyo avec les températures, et amenant de violentes tempêtes venteuses… j'en veux pour preuve le dernier coup de tabac sur l'île (il est pourtant interdit de fumer dans les lieux publics… ah,ah! hum…), il y a une semaine: des rafales de vent à plus de 130, voire 150km/h sur l'ouest et les extrémités de l'île, de la neige dès 1200m d'altitude, et une mer en furie. 4 personnes sont mortes. 1 jeune suisse de 19 ans emporté par une lame alors qu'il se promenait sur un sentier littoral, et 3 randonneurs originaires du continent, morts de froid alors qu'ils s'aventuraient sur le GR20 (réputé l'un des plus durs GR d'Europe) en dépit des conditions météo désastreuses.

la corse terre de contrastes, alors que la semaine précédente des records de chaleur étaient battus dans l'intérieur de l'île, avec des pointes à plus de 34°C.

si je devais énumérer tous les phénomènes extrêmes que j'ai connu ou pu entendre parler là-bas, il m'en faudrait des pages.

– je suis préoccupé par le changement climatique annoncé.

certains diront que vu ce que je viens de dire un peu plus haut, il n'y a pas lieu de s'inquiéter sur un quelconque réchauffement ("de la neige au printemps en corse? ça se refroidirait pas plutôt, non?"). d'autant que l'année dernière, la même chose arrivait début juin. et ce mois de mai pour le moins pluvieux juste après ce mois d'avril très sec aide à modeler le point de vue. pourtant…

en france métropolitaine, cela va faire 9 mois que nous battons des records de chaleur sans discontinuer :

    – l'automne 2006 (d'un point de vue météorologique, les saisons sont avancées d'un mois, donc le printemps va de septembre à novembre) est le plus chaud des annales avec +2.9°C d'anomalie (le précédent record était d'environ… +1.3°C. explosé, donc!).

    – l'hiver 2006/2007 (décembre à février) passait de peu en tête de liste, également, avec +2.1°C d'anomalie.

    – ce printemps 2007 (mars/avril/mai) aidé par un mois d'avril  exceptionnel (+4.3°C d'anomalie, explosant les précédents records de plus d'1.5°C) sera sans aucun doute (on n'a pas encore la valeur exacte, mais ça ne saurait tarder), le plus chaud des annales, avec une anomalie positive tournant quelque part autour de +2.0°C.

en dépit de tous les signaux d'alarme qui nous entourent, nous n'avons toujours pas pris conscience du drame qui se joue. un de nos ex-ministre (de l'éducation, en plus, c'est dire comme il n'était pas à sa place), est même allé jusqu'à nier le réchauffement climatique causé par l'Homme, en prétextant la variabilité des phénomènes… c'est le syndrôme de la grenouille (vous savez, la grenouille dans la casserole: si vous la plongez dans de l'eau bouillante, elle sort tout de suite; si vous la plongez dans de l'eau tiède et que vous chauffez doucement, elle va y rester et se faire ébouillanter sans chercher à fuir). ça tombe bien: il paraît qu'en france on aime les cuisses de grenouilles…

 

pour ces bonnes raisons (et pour d'autres aussi), je suis devenu membre de l'association "Infoclimat" (la météo en temps réel), dont le site est chargé d'infos et de données, de prévisions, d'archives et d'analyses stats, de photos, et dont le forum est animé par des gens passionnés.

pour ces bonnes raisons, j'essaie de faire changer les consciences autour de moi, dans la mesure du possible.

pour ces bonnes raisons, j'essaie de changer mes habitudes afin de diminuer les émissions de gaz à effet de serre.

et même si je pense qu'il est trop tard pour éviter une catastrophe à l'échelle mondiale, il n'est jamais trop tard pour bien faire.

pub (lication) 2

lundi, juin 4th, 2007

*toujours sur son élan*

 

ça se fête, une troisième publication, non?Cool

cette fois-ci, c'est au tour de Hugo van Gaert, alias Pierre Gévart, de me faire confiance et de me sélectionner pour figurer au sommaire du numéro 7 du fanzine Géante Rouge qu'il dirige.

 

"Sur la Terre comme au Ciel", traite de l'Intelligence Artificielle sous une forme que je voulais humoristique, et également d'amour (rhaâa cé bô didon!). mais il traite surtout de l'incompréhension qui sépare tout être doué d'un minimum de réflexion et d'émotion d'un autre être, et des actes (souvent insensés) qui découlent de cette incompréhension.

on pourrait parler du libre-arbitre, mais je suis convaincu qu'il n'existe pas…

 

 

pub (lication)

lundi, juin 4th, 2007

bon alors paraît qu'il faut se lancer.

donc je me lance.

 

*prise d'élan*

*arrive au bord de la falaise*

*HHHHHAAAAAAAAAA!*

 

je rembobine, si vous permettez! lol

 

donc un peu de pub pour mes toutes premières publications, qui datent déjà un peu.

 

en 2004, j'avais envoyé sans trop de conviction une nouvelle de SF pour le concours Infini.  elle s'intitulait "Un Cerveau pour MegaHard" (tout un programme!). pas de méprise dans le titre, svp: il ne s'agit la que de SF et non pas de Hard (science?). c'était l'histoire d'un ordinateur nouvelle génération, dont les composants principaux étaient organiques, et qui avait été créé pour l'armée. il avait sa logique bien à lui (et malgré son caractère de supériorité, une certaine humanité, du moins je l'espère).

résultat des courses: mention spéciale du Jury! (bon c'est pas le premier prix, mais j'étais assez fier de moi quand même). on me proposait même de me joindre à la Convention Nationale de Science-Fiction, qui avait lieu cette année-là dans le Vaucluse. ni une ni deux, j'ai pas réfléchi, j'ai acheté un billet de bateau (j'étais à nouveau de passage dans mon île natale après une année passée sur le continent), et j'ai rencontré là-bas des gens très sympas et passionnés, notamment Alain LeBussy, et les editeurs de Eons qui m'ont proposé de publier ma nouvelle. bref, j'étais aux anges!

 1 an plus tard, j'envoyais une deuxième nouvelle à Eons, qui était retenue elle aussi. "Une frontière sur l'Infini" (que j'avais écrite avant "MegaHard") et qui traitait, comme son nom l'indique, de l'infini (sous toutes ses formes ou presque), dans une sorte de space-opera intimiste.

 Les éditions Eons ayant la particularité très intéressante (du moins pour les jeunes auteurs comme moi) de proposer des ouvrages avec un roman + 1 ou plusieurs nouvelles, je me retrouvais sous la couverture avec respectivement Brian Stabelford puis avec Alain LeBussy.

 

  

présentations

dimanche, juin 3rd, 2007

Tout a un début.

 C'est ce que je me suis dis en cette fin de semaine.

 

Mais pourquoi commencer par le début? Trop simple. J'aime pas faire simple. Parce que rien n'est simple (sauf peut-être terminer un pot de nutella, même si c'est dur de le voir vide). 

Donc je vais commencer un peu après. Mais pourquoi aujourd'hui? Ben… il faut bien commencer un jour, non? Et puis j'aime bien le chiffre 3.

 Or ça fait 3!

Ma 3ème nouvelle de SF publiée.

3 ans après la première.

Et la quatrième va venir bientôt, alors je dois me dépecher tant qu'on en est à 3 (lol). 

 

Donc je me présente: Sylvestre SISCO, né en 1980 à Bastia (comme je suis corse, il paraît que je suis susceptible, lol), jeune auteur. Je ne vais pas dire "professionnel" pour l'instant. "Amateur" suffira. Chaque chose en son temps. Un jour peut-être…

Mes deux premières sont parues aux éditions eons.  Après un petit temps de latence et vaches maigres, la troisième vient juste de paraître dans le Géante Rouge n°7. Le même jour ou HGV, alias Pierre Gévart, me prévenait de cette heureuse nouvelle, j'apprenais que celle que j'avais envoyée pour un appel à textes des éditions Griffe d'Encre  était retenue.

 

Tout ceci est donc un bon début (j'imagine) et j'espère augurera d'une suite encore meilleure.  J'en parlerai dans mes projets à venir (d'autres nouvelles, mais surtout des romans et un projet de bd).

Parallèlement, je vous causerai de ce qui me tient à coeur, c'est-à-dire la SF (à travers mes lectures et mes visionnages de films), mais aussi l'avenir, en particulier celui de notre planète (j'ai une formation en environnement et aussi une passion pour la meteo), et l'avenir politique (qui comme nos politiciens ont encore un peu de mal à le comprendre, doit faire en sorte de redresser la barre, et pas seulement la leur).

C'est pour moi ici que la SF prend tout son sens, car dans ce genre littéraire il ne s'agit pas, comme certains élitistes bourgeois voudraient le faire croire,  de grand spectacle granguignolesque à la sauce américaine, mais d'une réflexion sur notre passé et notre actualité quotidienne tout en cherchant à anticiper le futur pour en éviter les pièges. Grâce à une mise en retrait de la réalité, on peut parler plus incidemment de cette réalité, la disséquer pour l'étudier, mieux la comprendre, et prévoir son évolution pour tenter de remettre l'espèce humaine sur le droit chemin et redresser la barre de son vaisseau unique (pour l'instant) et fragile (pour toujours): la Terre.