Evolution

Qui n'a rêvé d'être un écrivain lu et reconnu? (ou un acteur, ou un chanteur, ou un jetsetteur, sisi y'en a qui en rêvent).

j'en rêve depuis que je dois avoir 12 ans (à peu près). sauf qu'à l'époque, quand je lisais des romans, je me disais: "j'arriverais jamais à écrire des pages et des pages d'une même histoire! comment qu'ils font tout à pondre des chapitres entiers sur la présentation d'un personnage, un dialogue entre un peintre et un jardinier, ou une histoire de fesse en début d'intrigue qui fout en l'air une vie de couple pour le reste du bouquin?"

à l'école, j'étais loin d'être le dernier en français et en rédactions. on va même dire que j'étais plutôt bon. mais mes productions littéraires ("décrit tes dernières vacances", "raconte un évènement qui t'as marqué", "parle de ton chien, de ton chat, de tes parents, et tralala"), même si le sujet m'intéressait (ou pas), ne dépassaient que rarement les 4 pages (avec une grosse marge). je savais raconter des histoires, mais je savais moins les conter.

disons que ce désagrément ne m'a pas empêcher d'écrire, mais force est de constater qu'il m'a fallut du temps…

 

j'ai eu l'idée de mon premier roman (de SF, ça va de soi) alors que je devais être encore au collège. à l'époque, j'avais une petite machine à écrire que mes parents m'avaient offert, et je m'étais mis en tête de trouver un début à une histoire dans le genre "conquête spatiale". j'avais écris un premier chapitre, que j'avais même osé intituler "prologue" (ce qui voulait dire que je ne désespérais pas de faire quelque chose de long!). je suis retombé dessus un jour. j'ai rigolé…

bref.

j'ai réécris le début 3 fois supplémentaires. 3 fois tombées à l'eau car je n'étais jamais satisfait. puis en 2000/2001, je tenais une bonne fois pour toute mon idée. restait à la mettre en place, à creuser l'intrigue, les personnages, à instiller ici et là du suspens et de l'action, à mélanger le tout et à ressortir quelque chose de cohérent. au cours de l'automne 2006, j'ai mis le point final à ce roman, répondant au doux nom de "Evolution".

plus de 6 ans d'écriture pour arriver à terminer la 5ème version de ce qui était devenu pour moi une montagne infranchissable (comme quoi, faut pas désespérer). j'étais pas organisé pour deux sous, c'est vrai. et puis j'ai retravaillé l'intrigue entre temps, ajoutant de la matière ici et là, afin de rendre la chose plus solide, et surtout plus corsée (mouarf). j'ai accouché ainsi d'un roman en 4 parties, pour quelque chose comme 930.000 signes (2 chapitres en plus et j'atteignait le million! lol). ça fait dans les 300 pages A4 en times 12. moi qui pensait avoir des difficultés à atteindre les 150 à 200 pages au début…

mais même si j'avais surmonté le problème du "comment raconter longtemps", cela ne voulait pas dire que c'était forcément de la qualité. j'espère pourtant y avoir réussi. les quelques personnes qui ont pu le lire jusqu'à présent l'ont trouvé pas mal, et les deux premiers retours que j'ai eu de maisons d'éditions, même si les réponses étaient négatives (grosses maisons d'édition = peu ou pas de place pour les jeunes auteurs) me donnaient du "original", du "style agréable" et une "idée bienvenue". bon j'aurais préféré qu'ils me l'acceptent, mais quand même ça fait toujours plaisir à entendre.  j'ai envoyé le manuscrit entre la fin décembre et février/mars. je ne désespère pas, d'autant que c'est toujours très long.

 

quelques mots sur l'histoire quand même? lol

alors donc il s'agit de SF, qui commence comme de l'anticipation et qui finit comme de la hard-science, avec un zest de space-op au mileu et des vrais bouts d'action et de triturage de méninges dedans. 🙂

eugénisme, totalitarisme, manipulations génétiques, voyage temporel, religion, politique, guerre apocalyptique,… à peu près tous les thèmes qui me sont chers en matière de SF y passent.

voici les premières lignes du synopsis que j'ai envoyé aux éditeurs:

"Jovus Artan, tout comme le reste de la population d’Héphaïstos, est un employé modèle de la gigantesque Entreprise-Etat CaragX ayant à sa tête un Président et des ministres aux pouvoirs télékinésiques, seul gouvernement sur une planète semi-désertique comptant en tout et pour tout trois grandes villes. Ici vivent les Hommes, survivent les Selnats, et grésillent les Nerfs, sous la coupe des Sœurs Cyclades, la religion unique. "

Dans cette époque lointaine, les lois sont strictes, et l'eugénisme est de mise: ceux qui naissent en-deçà des normes imposées sont tués ou abandonnés à eux-mêmes (ce sont les Selnats), et toute personne blessées ne doit en aucun cas être sauvée (la sélection naturelle poussée à l'extrême). Jovus Artan est médecin légiste pour CaragX et décortique les cadavres de gens "normaux" et de selnats pour faire avancer les avancées scientifique en matière de résistance individuelle et de durée de vie.

un jour, alors qu'il s'aventure loin de la ville, il découvre, enfouit sous le sol un vieux musée recelant des objets qu'il n'a jamais vu (mais que nous connaissons, nous), un cadavre momifié et, entre autres, une machine à remonter le temps à l'intérieur de laquelle se trouvait un manuscrit rédigé dans une langue qui lui est inconnue.

cette découverte fait de lui le jouet passif, abusé et désabusé, d'une société totalitaire, de ses gouvernants, du passé de l'humanité, et de la mécanique quantique… 

 

voilà, je ne dirais rien de plus (pour l'instant) sur ce premier roman achevé, pour ne pas compromettre son intégrité.

et j'attends avec impatience qu'un des éditeurs sollicités me donne bientôt une réponse favorable.

Leave a Reply