présentations

Tout a un début.

 C'est ce que je me suis dis en cette fin de semaine.

 

Mais pourquoi commencer par le début? Trop simple. J'aime pas faire simple. Parce que rien n'est simple (sauf peut-être terminer un pot de nutella, même si c'est dur de le voir vide). 

Donc je vais commencer un peu après. Mais pourquoi aujourd'hui? Ben… il faut bien commencer un jour, non? Et puis j'aime bien le chiffre 3.

 Or ça fait 3!

Ma 3ème nouvelle de SF publiée.

3 ans après la première.

Et la quatrième va venir bientôt, alors je dois me dépecher tant qu'on en est à 3 (lol). 

 

Donc je me présente: Sylvestre SISCO, né en 1980 à Bastia (comme je suis corse, il paraît que je suis susceptible, lol), jeune auteur. Je ne vais pas dire "professionnel" pour l'instant. "Amateur" suffira. Chaque chose en son temps. Un jour peut-être…

Mes deux premières sont parues aux éditions eons.  Après un petit temps de latence et vaches maigres, la troisième vient juste de paraître dans le Géante Rouge n°7. Le même jour ou HGV, alias Pierre Gévart, me prévenait de cette heureuse nouvelle, j'apprenais que celle que j'avais envoyée pour un appel à textes des éditions Griffe d'Encre  était retenue.

 

Tout ceci est donc un bon début (j'imagine) et j'espère augurera d'une suite encore meilleure.  J'en parlerai dans mes projets à venir (d'autres nouvelles, mais surtout des romans et un projet de bd).

Parallèlement, je vous causerai de ce qui me tient à coeur, c'est-à-dire la SF (à travers mes lectures et mes visionnages de films), mais aussi l'avenir, en particulier celui de notre planète (j'ai une formation en environnement et aussi une passion pour la meteo), et l'avenir politique (qui comme nos politiciens ont encore un peu de mal à le comprendre, doit faire en sorte de redresser la barre, et pas seulement la leur).

C'est pour moi ici que la SF prend tout son sens, car dans ce genre littéraire il ne s'agit pas, comme certains élitistes bourgeois voudraient le faire croire,  de grand spectacle granguignolesque à la sauce américaine, mais d'une réflexion sur notre passé et notre actualité quotidienne tout en cherchant à anticiper le futur pour en éviter les pièges. Grâce à une mise en retrait de la réalité, on peut parler plus incidemment de cette réalité, la disséquer pour l'étudier, mieux la comprendre, et prévoir son évolution pour tenter de remettre l'espèce humaine sur le droit chemin et redresser la barre de son vaisseau unique (pour l'instant) et fragile (pour toujours): la Terre.

Leave a Reply